Le taux de chômage du Maroc a maintenu sa croissance, atteignant 12,7% au troisième trimestre 2020, de juillet à septembre. Au trimestre précédent, le taux de chômage a battu le record le plus élevé depuis 2001 où il atteignait 12,3%.

En comparaison annuelle, le taux de chômage au Maroc a augmenté de 3,3 points. Au troisième trimestre 2019, il s’établissait à 9,4%.

Le taux de chômage reste plus élevé dans les centres urbains marocains que dans les zones rurales. Dans les villes, le taux de chômage est passé de 12,7% en 2019 à 16,5% en 2020. Parallèlement, le taux dans les zones rurales a connu une augmentation annuelle de 4,5% à 6,8%.

Chômage chez les jeunes marocains

Le chômage au Maroc reste le plus répandu parmi les jeunes de 15 à 24 ans, avec 32,3% de chômeurs. De plus, le taux de chômage des diplômés universitaires au Maroc est de 18,7%.

Par sexe, le taux de chômage est plus élevé chez les femmes (17,6%) que chez les hommes (11,4%).

Au total, le nombre total de chômeurs marocains a augmenté de 368 000 entre le troisième trimestre 2019 et la même période en 2020. Il est passé de 1 114 000 à 1 482 000, enregistrant une augmentation annuelle de 33%.

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) du Maroc a annoncé le nouveau taux de chômage dans son rapport sur l’évolution du marché du travail domestique au troisième trimestre 2020. Le HCP a publié le rapport le 3 novembre.

Plus d’un demi-million d’emplois perdus au Maroc

Entre le troisième trimestre 2019 et la même période en 2020, l’économie marocaine a perdu 581000 emplois, dont 237000 postes en ville et 344000 en milieu rural.

Les emplois perdus sont principalement attribués à la suspension de plusieurs activités économiques en raison de la pandémie COVID-19.

Le secteur des services a perdu le plus grand nombre d’emplois entre 2019 et 2020.

Au cours des 12 derniers mois, le secteur tertiaire a perdu 260 000 postes, dont 196 000 dans les centres urbains et 64 000 dans les zones rurales. Ce chiffre représente 5,2% de l’emploi global du secteur.

Le secteur primaire, principalement concerné par l’agriculture et la pêche, a perdu 258 000 emplois au total, tandis que le secteur industriel a perdu 61 000 postes.

Sous-emploi prévalent

Le sous-emploi est également un défi majeur dans l’économie marocaine. Le sous-emploi survient lorsqu’une personne ne travaille pas à temps plein ou accepte un emploi qui ne reflète pas ses besoins réels en matière de formation et financiers.

Selon le rapport, 1 182 000 Marocains sont sous-employés, dont 627 000 dans les villes et 556 000 dans les régions rurales.

Le taux de sous-emploi national au Maroc est de 11,6%. Il varie de 10,5% dans les centres urbains à 13,3% dans les zones rurales.

Disparités territoriales au Maroc

Le rapport HCP a mis en évidence d’importantes disparités territoriales en termes de taux de chômage.

La région de l’Oriental, dans le nord-est du Maroc, a le taux de chômage le plus élevé du pays, à 21,2%, suivie des régions du sud (19,6%).

Trois autres régions ont enregistré un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale: Casablanca-Settat (14,7%), Draa-Tafilalet (14%) et Fès-Meknès (12,9%).

Pendant ce temps, les régions avec les taux de chômage les plus bas sont Beni Mellal-Khenifra et Marrakech-Safi, avec respectivement 5,9% et 7,8%.

Maghariba - Marocains
Maghariba – Marocains

Profitez du positionnement avantageux et de la pertinence de l’annuaire professionnel Maghariba auprès des principaux moteurs de recherche et positionnez rapidement votre entreprise en haut des résultats de recherche organiques!